Bagni Oreste zona 115 Riccione Adriatico - Rimini -
logo
 
 
home
foto
servizi
hotel
informazioni
dove
 
webcam
     
 
riccione   entroterra   itinerari   meteo   rosa dei venti

Rimini

rimini

Nombre d'habitants: 130.479
Hauteur de mer: m 6
Distance de Riccione: : km 10

L'histoire de la ville

Situé dans une position particulièrement favorable au pied d'une colline où la présence est attestée depuis la période paléolithique, la ville de Rimini reflète dans sa première usine actuelle urbaine romaine hébergement. Il est fondé en 268 avant JC comme une colonie de droit latin, ou comme une ville contrôlée par Rome, mais avec sa propre armée et de l'autonomie administrative: l'ancien nom de Ariminum vient du fleuve Marecchia, qui était de la colonie existante, né comme Un centre portuaire et carrefour. En 90 avant notre ère a été élevé au niveau de Rimini Hôtel de Ville et est entré dans le Aniense tribus. En 359 après JC a été le siège d'un conseil tenu par Costanzo II. Au VIe siècle, appartenait à la Pentapole maritime byzantin, avant de tomber dans les mains des Lombards. Dès le VIIe siècle appartenaient au domaine de l'Église. Au municipal, avec la renaissance économique de la ville et de l'urbanisme a commencé après mille, reliant les principaux monuments encore présents, à commencer par les murs (XI-XII siècle). Son autonomie municipale a été reconnu en 1157 par Frédéric Barberousse et le Pape, puis confirmée par Frédéric II. A la fin du XIIIe siècle, la haute main de la famille de Malatesta Guelph sur les gibelins de Parcitadi, la ville a transformé son gouvernement de «municipalité» à «seigneurie». Le début de la Renaissance à Rimini a été fortement influencée par la seigneurie de Malatesta, établie à la fin du XIIIe siècle, a touché le apogeo en quinzième avec Sigismondo Pandolfo. Nièce de Carlo Malatesta (qui vous devez, en 1417 l'adaptation de la conformation dans le port actuel), Sigismondo célèbre figure de son protecteur, le prince et le chef de file dans la création de deux grandes oeuvres monumentales: le Château et le Temple. Chute après une série de hauts et de la chance de Malatesta, en 1509 la ville est retourné sous l'entière juridiction ecclésiastique: la ville est tellement préoccupée, en particulier nie seconde moitié du siècle, les signes d'une reprise économique et culturel qui s'est également traduit par les principaux tissus Urbaines (comme la transformation des places principales, la création de nouvelles routes). La culture Rimini risenti puis le climat de renouveau qui est né de la réforme religieuse du Concile de Trente. Était cruciale, en 1627, la présence des jésuites dans la ville où il est nécessaire, dans le dix-huitième siècle, le fondateur d'un collège et une église. Expression de la volonté et de la culture séculière du XVIIe siècle sont le bâtiment de la Bibliothèque et quitté la ville par Alessandro Gambalunga. Par le dix-huitième siècle se poursuit et se développe dans la haute société de Rimini, l'intérêt pour la recherche, l'histoire et l'art, dans l'esprit des Lumières. Alors que plusieurs sont dans la dix-huitième Rimini présence de l'architecture du XVIIe siècle Rimini restent riches témoignages principalement les peintures, pour la plupart rassemblés dans le musée de la ville: oeuvres ont survécu à la destruction des bâtiments (en particulier les Eglises) causés par la guerre. Avec l'arrivée des troupes de Napoléon (1796), la ville voit opprimés, convertis à des lieux d'intérêt public et social, ou même détruit ses nombreux édifices religieux. Dans un certain sens, les huit cents continue à maintenir la vitalité culturelle du siècle précédent. Il reste célèbre «Proclamation de Rimini" lancée le 30 mars 1815 par Gioacchino Murat dans une tentative de provoquer une guerre de libération nationale contre les Autrichiens et les Italiens avec lesquels esortavano rassembler dans une union forte pour libérer le pays de la domination étrangère. La révolution de 1831 demeure l'une écrite par Giuseppe Mazzini (Une nuit à Rimini) et le Manifeste de Luigi Carlo Farini (1845). L'annonce de l'annexion au Royaume d'Italie a lieu le 12 mars, 1860 après un plébiscite qui a révélé une compacité au moins suspectée (4802 oui et deux non). Est de huit cent découvre que la ville "Marina": la polarisation culturelle et économique sur le tourisme dont l'image tourne autour de la symbolique "Kursaal" (1874). À l'intérieur de la vieille ville, ainsi que des interventions telles que le type de logement urbain jardin Ferrari (où il y avait un ancien et toujours isolés où ont été mis au jour une splendide demeure in'91 "domus" romaine), d'autres - les interventions d'architecture monumentale Rapportent à la construction du théâtre, construit et conçu par Luigi Poletti (1857) puis, avec le vingtième siècle, la création du Grand Hôtel, que le projet acronyme expansion urbaine de la ville vers la mer, ce qui représente la plus prestigieuse " Conquête ". Après la guerre, avec la pression du phénomène touristique et de la forte croissance démographique, la ville continue son expansion, en intégrant de nouveaux domaines qui se transforme en quartiers résidentiels et productifs. Aujourd'hui Rimini, en plus d'être une destination touristique connue dans le monde entier, se caractérise par la présence de petites et moyennes appartenant principalement au domaine de l'ingénierie, de l'industrie, de la nourriture et de la chaussure est apparu. Ces dernières années, l'industrie de la construction a fait de grands progrès. Mais le tourisme est la vocation de faire le lion: 1433 hôtels, plus de 16000 maisons et appartements à louer, 385 restaurants, les boîtes de nuit et 43 entre 523 pubs, les brasseries et les cafés. La ville n'est pas seulement liée au tourisme estival. Sa vitalité dure toute l'année: entre 33 entités juste dans le classement national, que Rimini est à la sixième position. Et avec l'extension de la saison touristique a augmenté le nombre d'hôtels ouverts toute l'année, est passé de 168 à 82 et 85 à 191.

Les principales attractions

Arc d'Auguste - a été construit en 27 avant JC par décret du Sénat romain afin d'Octavian Augustus honneur d'avoir rétabli la Via Flaminia, et la plupart des routes de l'Italie monument a été entièrement isolée, comme un grand arc de triomphe: à l'origine, s'est jointe La célébration fonction de la porte monumentale urbica, car il a été incorporé dans la ville et les murs de pierre flanquée de deux remparts médiévaux towers. Le luttent médiévale du couronnement remonte à X et XI siècle.
Tiberius Bridge - Après corse Augustus est hors de la ville par un grand pont de pierre romain de l'Istrie, dit Tibère, mais en fait commencé sous l'empereur Auguste et de Tibère résilié par (entre 14 et 21 après JC) à la suite de la réception gravé sur deux fronts Interne parapet. Alors que l'Arc d'Auguste conclut triomphalement la Via Flaminia, ce pont marque le début de la Via Emilia.
Temple de Malatesta - Le temple, jusqu'en 1447, était un modeste église franciscaine. Il a été choisi par Malatesti comme un lieu de leur enterrement: d'où la décision de Sigismondo Pandolfo vous construire une grande chapelle et ensuite transformer radicalement l'Eglise tout entière. L'intérieur a été réformé par Veronese de Matteo 'architecture extérieure Pasi tout en main mise Leon Battista Alberti, qui a conçu un nouveau revêtement de marbre design. Malheureusement, le temple était incomplète dans sa plus significatif, c'est dans le dôme rond qui était de conclure. La construction a été arrêtée en raison du manque de fonds de la part de Sigismondo. Al'intérieur du temple, dans la deuxième chapelle sur la droite est assurée une fresque de Piero della Francesca, représentant Pandolfo Sigismondo Malatesta s'agenouiller devant San Sigismondo. Dans la troisième chapelle sur la droite est le grand crucifix placé à bord de Giotto peint autour de 1312. D'une grande valeur artistique aussi sculpté anges musiciens de Agostino di Duccio, de la chapelle des Planètes, ainsi dénommé en raison de la représentation des signes du zodiaque et les planètes correspondants, et la chapelle du Fallen, avec un beau portail en marbre avec quatre héros biblique. Sismondo château - Lancé en 1437, a été conçu comme un palais et forteresse ensemble comme un lieu de la cour et de la garnison et comme un signe de pouvoir et de suprématie de la ville. Elle a subi d'importantes transformations au XVIe siècle et en 1826, quand ils ont été abaissés quelques tours, a détruit le mur extérieur, à combler les lacunes. Le bâtiment, avec ses murs puissants scarp, a conservé tout son charme, accueille maintenant des manifestations musicales du Festival Malatestiana.
Église de San Giuliano (via San Giuliano) - Dans l'ancien village de San Giuliano, est l'église du même nom. Déjà église bénédictine, connue depuis le IXe siècle, reconstruite au XVIe siècle. À l'autel tient un plus grand retable de Paolo Veronese (1588) et la troisième chapelle à gauche d'un polyptyque Bittino de Faenza (1409).
Port Gervasona Murs et Malatestiane (via Madonna della Scala) - Le port est 1753, mais que les parois latérales et entourer l'ensemble du village de San Giuliano appartiennent à la quinzième siècle.
Eglise Notre-Dame de La Scala (via Madonna della Scala) - Construit en 1611 et rénové plusieurs fois. Sauvegarde sur l'autel un Madonna peintes en 1608 par Alessandro codrini.
Murs médiévaux (via Forts du Nord et plus) - ont été construites en douzième-treizième siècle, mais restauré à plusieurs reprises, notamment dans le XVe siècle.
Arco Francesca (via Forts du Nord) - Alors, populairement connue comme la voûte gothique qui a été à côté de la porte urbica Marecchia, maintenant réduite à des ruines partiellement enfouis. Au quinzième siècle, fut appelé Port Galliana.
Palazzo Briolini (corse d'Augusto) - Construit entre 1508 et 1510 par la famille Monticoli. Il a subi plusieurs modifications et a été gravement endommagé par la guerre.
Eglise de Santa Maria à Nives - halle d'exposition (corse d'Augusto) - exclusifs attachés initialement hôpital a été reconstruit au XVIIIe siècle et restauré en 1987.
Église des Servites (corse d'Augusto) - Initialement XIVe siècle, a été reconstruite dans le dernier quart du XVIIIe siècle dessiné par Gaetano Stegani et stuc Antonio Trente-neuf.
Garampi Palace (Piazza Cavour) - Centre de la Ville, érigée par Carduci (1562) conçue par Serlio, a été reconstruite en 1687 par Francis Garampi d'où elle tirait son nom.
Arengo et Podesta Palace (Piazza Cavour) - Roman gothique crénelées bâtiment construit en 1204 le premier. Le second, comme la date de construction, 1334. Tous deux ont été restaurés en 1924.
Monument à Paul V (Piazza Cavour) - Construit par la citoyenneté comme un signe de reconnaissance en 1614. La statue de bronze, conçu par Nicolas Cordier, Sebastiano Sebastiani, lors de l'invasion française était caché dans San Gaudenzo évêque et martyr, patron de la ville a été restauré en 1940.
Vieux marché de poissonet Fontana (Piazza Cavour) - Le marché aux poissons a été construite à l'initiative de la municipalité du plan de Giovan Francesco Buonamici en 1747. La fontaine est peut-être d'origine romaine, mais sa forme actuelle remonte au Moyen Age.
Théâtre Amintore Galli (Piazza Cavour) - Conçu et dessiné par Luigi Poletti entre 1843 et 1856, et a ouvert en 1857 avec l ' "Aroldo" de Giuseppe Verdi. Détruits par la guerre, les survivants est la belle façade néoclassique avec réduite, et le hall principal Ressi.
Campanile Santa Colomba (carré Malatesta) - Datable au XIIIème siècle, est tout ce qui reste de la cathédrale de Rimini, détruit dans les premières décennies du XIXe siècle.
Gambalunga palais (via Gambalunga 27) - V construit en 1610 par Alessandro Gambalunga et de ceux qui ont fait don témoigne de l'héritage commun (1619) ainsi que la bibliothèque, qui est l'un des plus anciens et des plus importants en Italie. Musée de la Ville (via Tonini 1) - corse développement de l'immeuble qui était le Collège des Jésuites, construite en 1749 par Alfonso Torreggiani. Gardez l'artistique et les collections archéologiques dans la ville, particulièrement riche en tsigane des mosaïques, des sculptures et des peintures de la Renaissance et du Baroque.
Canevone de Venise (via Tonini) - Il s'agit d'un ancien entrepôt de marchandises à la vénitienne propriété de Notre-Dame de la Miséricorde. Sa structure encore de nombreuses parties quinzième.
Oratoire de Crocina - halle d'exposition (via Francolini - via Mentana).Ancienne église appelée Vieille Croix, fondé au VIe siècle. Il a été reconstruit en 1713.
Port Montanara (via Guerrazzi - derrière le Temple de Malatesta) - Il a été au fond du Cardo Maximus, l'actuelle Via Garibaldi, et était formé de deux tubes. Il remonte à sillana. Détruire au cours de la dernière guerre, le tube de survivant a été repêché et remonté.
Ripa palais (corse d'Augusto) - La façade est l'oeuvre de John bénédictin (1850).
Tingoli palais (corse d'Augusto) - La dix-huitième siècle, presque entièrement reconstruit après les ravages de la guerre. Giovannini palais - déjà en caoutchouc (d'Augusto corse) - La façade est l'oeuvre de John bénédictin (1864).
Tour de l'Horloge (Trois Martyrs Square) - Construit en 1547 et reconstruit en 1753 et conçu par Rimini Giovan Francesco Buonamici. En plus d'une ligne normale pour des heures a un marquage jours, les mois et lunazioni (c. 1760).
Eglise de Paolotti (Trois Martyrs Square) - Reconstruit en 1963. Il est orné de fresques d'Achille Funi et ses élèves (1963-1964). Temple de Saint Antoine (Trois Martyrs Square) - Comme une plante seizième, mais presque entièrement reconstruite après le tremblement de terre de 1672, rappelle le "Miracle de Mula" faite sur cette place par Saint Antoine de Padoue.
Colonne de Jules César (Trois Martyrs Square) - Cippo seizième que sorreggeva une pierre (perdu avec la guerre), traditionnellement dénommée la tribune à partir de laquelle César avait arringato troupes après le passage du Rubicon.
Arcades de Piazza trois martyrs(Piazza Trois Martyrs) - Ce trou carré de l'ancienne ville romaine, a toujours eu des arcades. Existant à l'amont, sont de petits partie médiévale.
Église Saint-Augustin (Via Cairoli) - construit au XIIIe siècle par les Augustines avec le titre de Saint-Jean l'Evangéliste et rénovée au XVIII e siècle par de bons artistes de Bologne. Dans la chapelle, et de la cloche de l'école picturale importante cieux Rimini du XIVe siècle.
Église Saint-Gaudenzo (Piazza Mazzini) - Fondé en 1856 et reconstruite après la guerre. Son propriétaire protecteur de la ville sainte, a dirigé un ancien sanctuaire (entièrement détruite au début de l'année), juste à l'extérieur du village XX septembre.
Église de San Bernardino (via Bertola - via San Bernardino) - Construit en 1759 et conçu par Giovan Francesco Buonamici qui est le dernier travail. Hors de statues de stuc Charles Sarti sein de grands tableaux de Donato Creti.
Buonadrata palais (corse d'Augusto 62) - façade de l'premières années du XIXe siècle.
Eglise Santa Croce (par Serpieri) - Construit par la Confrérie de Sainte-Croix en 1625, élargi et ornées de décorations en stuc et des peintures Carlo Sarti par Giovan Battista Costa dans le prochain siècle.
Arc d'Auguste (sur la frontière Sud de corse d'Augusto) - Port urbica "honoraires", construit en 27 avant JC par ordre du Sénat romain pour commémorer le rétablissement des routes principales de l'Italie par Caius Julius Caesar Augustus Octavian. Elle marque la fin de la Via Flaminia (qui commence à Rome).
Église Saint-Jean-Baptiste (Via XX Septembre) - Il y avait déjà au XIIe siècle, mais a été complètement reconstruite en 1767 par le Carmelites. In la première chapelle sur la gauche se trouve un remarquable retable Guido Cagnacci représentant la Vierge à l'Enfant et trois Carmélitaine saints (e. 1637).
Ghetti Palace (Via XX Septembre) - Construit en 1857 et conçu par John Bénédictins.
Église de Santa Rita ou SS. Bartolomeo e Marino (piazza Gramsci) - Initialement dédiée à Saint-Marin, alors les Saints et Barthélemy-Marin. Il est seizième et la plantation d'une abside avec des fresques et des peintures de Giorgio Peaks (1595) et belle marqueterie chœur (1494).
Amphithéâtre romain (via Vezia - via Rome) - Il a été construit au IIe siècle après JC immédiatement à l'extérieur des murs de la ville et à proximité de la plage. Il reste encore les ruines, que partiellement dégagée par les fouilles. Son arène, 74x45 m, était presque aussi grand que le Colisée.

back